logo-blanc.png

Studio Atelier Mady

Graphisme Print & Web

[  controlPOM   ]

  • Atelier Mady

LA PEDAGOGIE DU MASQUE

A l’heure où le port du masque se généralise encore un peu plus dans l’espace public – en France, l’obligation de le porter dans les espaces publics clos est effective depuis lundi, les chercheurs en anthropologie nous invite à nous familiariser et nous approprier la « cov’attitude » sous peine, au-delà des risques sanitaires, d’une rupture sociale profonde.




Un apprentissage douloureux pour nous, une autre proxémie pour les prochaines générations


Sans médicament ni vaccin, les humains ne peuvent pas lutter contre le virus. Il est même probable que le SARS-CoV-2 devienne endémique. Dans la vie quotidienne, chacun de nous doit maintenant reculer, ne plus toucher ni embrasser, apprendre à regarder, à considérer l’autre autrement. Dans ce contexte qui perdure, le masque devient le symbole et le rappel de notre dernière barrière pour limiter les risques sanitaires.


Cette autre proxémie, - les distances sociales - aura des conséquences sur notre rapport aux autres à travers nos différentes sphères : famille, travail, personnes, groupes et société. Et nous sommes encore dans cette zone grise du déconfinement, celle où la lente reprise des relations sociales équivaut aussi à un temps d’apprentissage par chacun de nous de la bonne distance à autrui, pour vivre sans trop de risques.


Générations de transition, nous allons devoir nous contraindre à apprendre des gestes qui deviendront une norme sociale pour les générations futures



Par cercles concentriques, un nouveau langage corporel


Les différentes périmètres de notre vie sociale sont ainsi affectés par cette nouvelle proxémie à commencer par les cercles amicaux et professionnels. A ce niveau, la distance de sécurité s’agrandit et le masque, présent, vient se poser comme un repère, un rappel à l’ordre du périmètre à respecter et du danger toujours présent. Avec une nuance propre au cercle professionnel qui tient à l’obligation qui nous est faite de respecter des mesures spécifiques et imposées par nos hiérarchies et directions.


En revanche, le premier cercle, notre distance intime, demeure inchangée au sein de nos familles et de notre entourage familial proche et quotidien. Elle reste cependant affectée car revalorisée dans sa fonction refuge, lieu hors Covid où l’on peut souffler un peu.

Mais le rapport aux autres ne tient pas qu’au toucher et à la distance. Le visage humain est aussi ce que l’on apporte à la vision des autres. Et dans ces nouvelles conditions, le visage « masqué » doit s’inventer un nouveau langage corporel . Emmanuel Lévinas précisait que le visage humain est un regard et un langage. Et le regard est ce qu’il nous reste aujourd’hui. Comme un focus sur ce que nous pouvons encore donner à voir aux autres.




Nos générations transitionnelles vont adopter de nouvelles modes, une Cov'attitude mais ce qui attend les prochaines générations c’est une autre société.




#covid #anthropologie #proxemie #distancephysique #masque #distancesociale #cerclesocial #modecovid #covattitude #pandemie #relationsociale #génération

3 vues

© 2020 by  Atelier Mady.  Thanks El gato de la muerte

Mentions légales - CGV - Politique de confidentialité